Les Races

  • Bombay

    Général:

    Noir de jais aux grands yeux couleur or, le chat Bombay est dans l’ensemble un grand chat très élégant qu’on surnomme « panthère miniature » non seulement à cause de sa couleur, mais aussi à cause de son aspect très proche de celui de ce félin plus grand. Heureusement, la ressemblance s’arrête là, car son caractère, vraiment sociable et affectueux, et sa voix très douce en font un excellent chat de compagnie.

    Origines:

    Pas naturelle du tout, la race Bombay a été créée par l’homme, elle est le résultat de croisements commencés en 1958 entre Burmeses et American Shorthairs noirs ; malgré cela, ses caractéristiques spécifiques le distinguent nettement de ces deux races. À partir de 1976, il a été reconnu et admis aux championnats dans lesquels il suscitait, comme aujourd’hui, beaucoup d’intérêt.

    Taille:

    C’est un animal de taille moyenne et semi-cobby, c’est-à-dire ni court ni trapu, mais pas non plus long et fin, ni même trop compact, mais à la silhouette bien ronde.

    Tête:

    La tête est gracieuse et toujours ronde, au point qu’on doit toujours pouvoir la faire tenir à l’intérieur d’un cercle quel que soit le côté par où on la regarde : de face, de dos, de profil. Le museau ample et plein continue les contours arrondis de la tête. Même la pointe du museau est bombée, de même que le fort menton.

    Oreilles:

    Les oreilles bien écartées sont de taille moyenne, légèrement inclinées vers l’avant, larges à la base et doucement arrondies à la pointe.

    Yeux:

    Les yeux sont grands et ronds, bien séparés, leur couleur brillante et profonde va de l’or au cuivre, nuance qui est la préférée.

    Corps: Musclé

    Queue: La queue, par rapport au corps, est de longueur moyenne, ni trop longue, ni trop fine, et elle s’affine légèrement.

    Pattes: Bien proportionnées

    Pieds: Petits et ronds.

    Robe:

    La robe adhère au corps et présente une texture qui va de moyenne à fine comme le satin. Elle doit toujours avoir la brillance caractéristique qui la fait ressembler à du cuir vernis. Le poil, bien collé au corps comme un vêtement en satin, est court ou moyen.

    Poil: Complètement et absolument noir, de la racine à la pointe.

    Caractère:

    Très affectueux, extrêmement doux, très sûr de lui, patient et actif, curieux et bon chasseur. Il s’adapte parfaitement à la vie en appartement mais, même si en fait il se trouve contraint à une vie pacifique et sédentaire, son appétit reste conséquent.

    Soins:

    Chat sain et robuste, qui ne demande aucun soin particulier. Le toilettage n’est pas compliqué mais mieux vaut toujours l’effectuer régulièrement, pour conserver la splendeur de son poil noir brillant.

  • Burmese Américain

    Le burmese américain est une race de chat originaire de Birmanie et développée aux États-Unis à partir des années 1930. Ce chat de taille moyenne est caractérisé par sa robe sépia. Il se différencie de son homologue anglais essentiellement par son visage et ses yeux ronds.

    Le Tamra Meow ou Livre de poèmes des chats est un recueil thaïlandais de vers richement illustré dont la rédaction est située entre 1350 et 1767 et qui décrit dix-sept chats différents, certains portant bonheur et d’autres non. Le manuscrit répertorie et décrit de façon poétique les races de chats existant à cette époque et fait la description du Burmese. Il est possible que des Burmese aient concourus en Angleterre au xixe siècle comme des siamois.

    En 1930, un marin américain ramène à San Francisco une chatte de Birmanie : Wong-Mau, dont la robe couleur noisette montrait de légères variations dans l’intensité de la couleur, plus forte aux extrémités (pattes, queue, tête) sans toutefois porter le patron à pointes. Wong-Mau est achetée par le docteur Joseph Thomson. Une autre version de l’histoire considère que Joseph Thomson a directement ramené Wong-Mau de Birmanie. Le docteur effectua plusieurs croisements avec des chats d’origine thaïlandaise et notamment un siamois sealpoint afin de reproduire la robe de Wong-Mau. La Cat Fancier Association (CFA) reconnaît la race en 1936. Les premiers Burmese sont importés au Royaume-Uni au début des années 1950 et reconnu par le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF) en 1952.

    À la fin des années 1950, le programme d’élevage avec les siamois stoppa, et les éleveurs américains de Burmeses considérèrent que leur race n’admettait qu’une seule couleur : le seal sepia, aussi appelé sable ou également zibeline en France, c’est-à-dire génétiquement le noir sépia4. Dans les années 1970, le type du burmese américain se renforça : le visage s’arrondit, comme les yeux et le front, le corps devient cobby4. Jusqu’en 1984, les Burmeses bleus, chocolat et lilas sont inscrits dans une race à part par la CFA, les mandalays, tandis que la TICA les reconnaissaient comme burmeses3. Les différences entre le Burmese type américain et le Burmese type anglais deviennent trop importantes et deux races sont à présent reconnue.